// Accueil //


Le propos de ce site est de relater les premiers épisodes d'installation de la France en Algérie, c'est à dire la conquête de l'intérieur du pays, puis sa pacification, au cours de la période classiquement comprise entre 1830 et 1873, et d'en commenter les aspects politiques, culturels, économiques et sociaux. Ce travail s'adresse à des amateurs d'Histoire de l'Algérie et à des étudiants spécialisés dans ce domaine. Il s'intéresse plus particulièrement au développement la province d'Oran, ainsi qu'à celui du village de Saint Cloud, la première des 42 Colonies Agricoles instituées par le gouvernement de la II° République, et dont mes trisaïeuls paternels furent parmi les fondateurs.

Le site s'ouvre par un rappel de l'Histoire de France, concernant la chute de la Monarchie de Juillet, la Seconde République, le Second Empire et les débuts de la III° République. Des chroniques décrivent ensuite des épisodes et des évènements importants de cette période. Elles expliquent en particulier comment l'urbanisation d'Oran et la colonisation de sa proche banlieue se sont opérées. D'autres textes s'intéressent à l'organisation et au transfert en Algérie, de convois d'ouvriers à l'automne de l'année 1848. C'est le premier de ces 16 contingents successifs de colons, qui va aboutir à la création du centre agricole de Saint Cloud (Gdyel) et des villages de Kléber (Sidi ben Yabka) et Mefessour (Renan, Hassi Mefsoukh).

Un chapitre concerne les institutions typiques de ce temps et l'aide médicale déployée par la France dès 1830. Une série de rubriques est aussi consacrée aux articles du journal l'Illustration crée en 1843, et qui a publié de nombreux articles et des gravures concernant l'Algérie, son histoire et sa géographie, ses populations et leurs moeurs. Par ailleurs, des galeries illustrées des personnages de cette épopée accompagnées de leur biographie sommaire aident à les situer dans le cours des évènements. Les récits en référence ont été principalement élaborés à partir des fonds et de la bibliothèque des Archives d'Outre Mer (AOM) et du Centre de Documentation Historique sur l'Algérie (CDHA), organismes situés tous 2 à Aix en Provence. Une copie papier de l'intégralité des documents du site y a été déposée.

La parole va être donnée aux protagonistes successifs de cette époque: ministres de la guerre, gouverneurs généraux, intendants civils et militaires, préfets, généraux commandants de Province et de subdivisions, maires, commissaires civils, officiers directeurs de colonies agricoles, rapporteurs de commissions diverses, inspecteurs et médecins de colonisation, consuls français dans les ports de Méditerranée. Ces personnes vont s'exprimer au travers de leurs propres écrits: documents, dépêches, lettres, cartes, rapports, affiches, correspondances privées. Cette méthode de narration, a imposé l'accumulation préalable de photos numériques des documents manuscrits, et nécessité le stockage massif des données recueillies. Les images de ces manuscrits ont ensuite été décryptées et transcrites en World, puis répertoriées par ordre chronologique et rubriques, pour fournir la trame des chroniques à raconter. Cette analyse a demandé des milliers d'heures de travail et s'est effectuée de 2004 à 2008.

Les histoires que vous allez lire n'ont d'autres prétentions que celles de raviver les faits et gestes de personnes illustres ou inconnues, dont le souvenir a été écorné par le temps. Toute notion de polémique leur est étrangère, notamment celle concernant le sens à donner à cet épisode de l'Histoire. La transcription de tous les documents et des illustrations, et la correction minutieuse des textes réalisée par nos soins, ne sont pas libres de droits. Toute reproduction partielle ou totale sur le web devra faire l'objet d'une autorisation préalable de notre part.

Vos remarques, corrections ou critiques constructives sont bienvenues, de même que vos impressions à la fin de votre lecture. Je souhaite remercier tous ceux qui directement ou indirectement ont contribué à ce devoir de mémoire, et tout particulièrement Jo Boussommier grâce à laquelle un complément de documents d'état civil concernant les premières années d'existence de Saint Cloud a pu être apporté et déposé aux AOM.

Site démarré le 10 janvier 2006 et référencé par Google depuis le 11 mai 2006

jeanpaulmarchand@wanadoo.fr